La Confrérie du Gros-Chêne

LA CONFRÉRIE

Là poqwè (Voilà pourquoi).

Comme l’arbre, l’homme a besoin de racines pour assurer sa pérennité.

Comme l’homme, l’arbre a besoin de soins et de bienveillance pour survivre.

Quoi de plus naturel, de plus inéluctable, de plus évident que cette rencontre d’une société : la Confrérie et d’un arbre : le Gros-Chêne qui « touchait au ciel et dont les racines plongeaient au coeur de la terre, créant un lien entre les puissances célestes et le monde souterrain ».

Création de la Confrérie

La Confrérie du Gros-Chêne de Liemu a vu le jour le 15 décembre 1978. Depuis longtemps déjà, le concept trottait dans la tête de Françis Davister qui réunit un soir, à son domicile, Jean et Jules Colinet, André Denil et Fernand Gomand,

Accueillant favorablement la demande qui leur était faite, ils décidèrent de fonder la Confrérie du Gros-Chêne. D’autres confrères furent ensuite recrutés.

Raison sociale de la Confrérie

La raison essentielle de la création de la société fut la sauvegarde et la promotion du Gros-Chêne millénaire croissant à proxirnité de l’église et de l’ancien presbytère de Liemu. Le Gros-Chêne était classé en qualité de monument depuis le 4 avril 1939 , il fait maintenant partie du patrimoine majeur de Wallonie. Mais la Confrérie peut également s’investir dans toute activité à caractère social ou culturel dont elle doit préalablement reconnaître l’intérêt.

Statut social de la Confrérie

La Confrérie est une association de fait à but culturel.

Membres statutaires de la Confrérie

La Confrérie se compose de membres statutaires et de membres formant l’Ordre du Gros-Chêne. Le statut des uns et des autres est évidemment très différent.

Seuls les membres statutaires, dont le nombre ne peut excéder 21 portent la tenue d’apparat verte à passement jaune. La candidature d’un membre statutaire doit être parrainée par un Confrère qui ne peut être le Président, ni le Secrétaire.

Les membres statutaires doivent satisfaire à des conditions d’honorabilité, parler wallon et obtenir plus de 80% des voix lors d’un scrutin secret qui suit une audition par le Président, le Secrétaire et le Président du Comité des Statuts. La qualité de membre se perd par déchéance, démission, ou révocation suite à des absences injustifiées. Les fonctions suivantes sont électives : Président (Grand Maistre), premier Vice-Président, second Vice-Président, Secrétaire (Epistolier), Président du Comité des Statuts, Trésorier (Argentier), Porte-Drapeau (Gonfalonier), Chroniqueur et Échanson.

Ces fonctions et les responsabilités qu’elles impliquent sont définies avec précision dans les statuts.

Assiduité aux réunions de la Confrérie.

La présence assidue aux réunions est reconnue par l’attribution de glands et de feuilles de chêne brodées à porter sur la tenue d’apparat. Un gland est attribué au confrère statutaire par tranche de participation à dix réunions et une feuille de chêne par 50 réunions. On peut ainsi aisément connaître l’ancienneté et l’assiduité des confrères aux réunions.

Fonctionnement de la Confrérie

Les diverses règles de fonctionnement de la Confrérie sont définies dans les statuts contenus dans la Charte. En prêtant serment au cours du chapitre lors de la cérémonie d’intronisation, le confrère s’engage à respecter cette Charte.

 

Partagez surShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter